Elodie T - Ose te Déployer ® !
Thérapeute Nomade
Psychopraticienne - Energéticienne - Formatrice
Elodie T - Ose te Déployer ® !
Thérapeute Nomade
Psychopraticienne - Energéticienne - Formatrice

L'alphabet des émotions

27 Mai 2022 Elodie T. Emotions

L'alphabet émotionnel

Tes émotions sont essentielles et elles te délivrent des messages précieux. Néanmoins, nous en sommes relativement déconnectés, nous n'apprenons plus à les considérer. Nous les regroupons toutes sous des termes génériques comme stress ou angoisse. Cependant, leurs nuances sont multiples et nous indiquent à chaque fois des choses bien précises. 

Savoir les nommer et être conscient de la façon dont nous sommes en relation avec elles nous permet de pouvoir mieux les accueillir et donc de mieux les transmettre. Je te propose de nous pencher sur l'alphabet des émotions, comment les nommer, comment les mesurer, quelles relations avons nous avec elles, et que nous indiquent-elles ?
Nous allons un peu plus pratique que dans les articles précédents, alors munis-toi d'un petit carnet !

La nature et la mesure des émotions

En premier lieu, si tu veux pouvoir te remettre au contact de ta sphère émotionnelle, il va te falloir apprendre à les identifier. Oui, tout n'est pas stress.
Il y a de nombreuses écoles en ce qui concerne les émotions de base. Je vais me baser sur les dernières études et nous allons partir sur les 4 primordiales : La colère, la peur, la joie et la tristesse.
Pour faire simple dans un premier temps lorsque tu sens une charge émotionnelle prends le temps de la mettre dans une de ces catégories.


Ensuite la mesure de l'émotion, tu ne ressens pas toujours à la même intensité, tu peux passer d'un agacement à une rage. Porte donc ton attention la dessus aussi. Et nomme les. Tu peux considérer trois modes d'intensité : faible, moyen fort. Qu'est-ce qu'une tristesse faible, moyenne, intense. Quels que soient les mots que tu choisis peu importe dans un premier temps apprends à mettre en mot, à verbaliser.


Quelle est la nature de cette émotion, et quelle en est la mesure ?
C'est important d'apprendre à faire le lien entre le ressenti et la verbalisation, ça t'aidera à créer du lien et à t'ouvrir à la compréhension. Tu peux agir au quotidien à petits pas.

Le mélange des émotions

Ensuite, tu vas pouvoir apporter de la nuance.
Soit dans le champ d'une émotion par exemple la joie, tu vas pouvoir affiner : réjouissance, engouement, vivacité, etc... 

Tu peux créer un champ lexical pour chacune des émotions de base.
Dans le même ordre d'idées, tu peux aussi créer un vocable pour les émotions secondaires, ce sont les mélanges de deux émotions primaires comme avec les couleurs.
Par exemple la joie + la tristesse pourrait être la mélancolie.
La colère + la tristesse pourrait être le dégoût.
Et ainsi de suite, n’hésite pas à te créer tes petits tableaux.


Je te le répète l'important est d'apprendre à nommer et à préciser.
Ça peut te sembler anodin mais essais. Être capable de nommer avec précision ce que tu ressens te permet de mieux accueillir l’état dans lequel tu te trouves, mais aussi de mieux l'exprimer et donc d’être mieux accueilli par autrui. Je t'invite donc à t'adonner à l'exercice.

L'expression des émotions

Nous avons tous notre relation à nos émotions et notre façon de composer avec. On identifie communément quatre modes opératoires en matière d'expression de nos émotions.
Le refoulement, l'impuissance, le débordement, l'écoute.


-> Le refoulement, c'est la façon dont on va pouvoir les anesthésier, en nier l'existence. Tu balaies l'émotion et tu mets autre chose à la place. Ça peut être un simple déni, ou bien des comportements plus pernicieux, du chocolat à netflix, jusqu'à l'alcool ou le sport ou tout autre média qui te permettra de la faire taire et de ne pas la voir.

-> L'impuissance, c'est une forme de passivité face à l'émotion, elle est là, tu ne fais rien contre, mais tu ne vas, ni vers elle, ni vers ce qui pourrait te permettre de la traiter. Elle devient une espèce de colocataire plus ou moins agréable. C'est à ce moment que ton état émotionnel peut devenir une humeur ou un tempérament. Tu vas avoir tendance à te dire que c'est comme ça, que tu es comme ça.

-> Le débordement, là, c'est un peu plus ennuyeux, tu es non seulement impuissant, mais surtout l'émotion te tacle, elle prend le pas sur tout. Empiétant sur toutes tes fonctions physiologiques ou cognitives, c'est ce que l'on va pouvoir retrouver dans les cas de dépression ou de burn-out par exemple.

-> Enfin l'écoute, c'est l'idéal, tu vas accueillir l'état émotionnel et tu fais le trajet pour entendre son message, c'est rarement le cas, mais je vais tenter dans la suite de ces articles de te donner quelques outils pour tendre vers cela.


Tu peux donc prendre le temps de t'observer un peu. Nous avons en général une inclination pour un mode relationnel avec nos émotions. Cependant, ils peuvent varier en fonction de l'émotion en question, certaines sont plus confortable que d'autres et certaines plus acceptables que d'autres. Par exemple, tu vas pouvoir être plus enclin à être débordé par la tristesse et à refouler la colère, car c'est « moins moche » d’être triste qu'en colère.
Prends le temps de t'observer et de mettre de la conscience dans la façon dont tu te comportes avec tes émotions.

Le sens de tes émotions

Chacun de tes états émotionnels est là pour une bonne raison, nous ne nous sommes pas réveillés un matin en se disant, tiens si on se mettait dans des états qui nous paralysent ça va être sympa. 

Non, bien entendu, chaque émotion à une fonction bien précise et sont précieuse. Si nous n'avions jamais eu peur, nous n'aurions jamais couru devant le lion et nous ne serions pas là. Tes émotions sont donc des indicateurs précieux pour percevoir le monde et t'y positionner. L'émotion va traduire une perception et t'inviter à un mouvement.

-> La joie traduit la satisfaction, elle est un signal de cohérence et t'invite à aller vers, à partager.


-> La colère va d'indiquer une injustice, que ton intégrité physique, psychique ou morale est menacée elle va te permettre d'affirmer tes limites et t'inviter au combat ou à la fuite.

-> La tristesse peut être un signal d'alerte, elle va te montrer le manque ou la perte et t'amener au repli, elle te permettra de te recentrer sur tes besoins.

-> La peur va t'indiquer un danger et t'inciter à te protéger. Elle peut cependant être irrationnelle, il est donc important de bien la sonder.

Prends le temps de bien t'observer et de tenter de trouver les mots. Une fois, cela fait, tu peux accueillir tes émotions en fonction du signal qu'elles représentent. Cette première étape peut déjà te permettre de mieux appréhender et de commencer à percevoir le sens de tes états. 

Rendez-vous la semaine prochaine pour la suite de nos aventures !

Si tu as aimé cet article, commente, like et partage, et puis tu peux aussi laisser un commentaire tout en bas de la page.

Si tu veux remettre de l'équilibre dans ta vie émotionnelle, tu peux prendre rendez-vous.

Elodie T.


Lire les commentaires (0)

Articles similaires


Soyez le premier à réagir

Ne sera pas publié

Envoyé !

Réalisation & référencement Simplébo   |   Ce site a été proposé par Le Guide des Médecines Douces

Connexion